Le Conseil national veut favoriser la formation des adultes

Dans le cadre du Programme de législature 2011-2015, la majorité de la Commission a accepté (par 11 voix contre 10) ma proposition  demandant que le Conseil fédéral agisse pour « favoriser l’accès aux formations professionnelles certifiantes pour les adultes peu ou pas qualifiés »

 

Dans le débat en plénum, j’ai demandé au Conseil national de suivre la majorité de la Commission, en effet :

–      Actuellement plus de 10% de la population adulte de notre pays ne possède pas de certification professionnelle reconnue (de niveau secondaire 2 au minimum), or ces personnes représentent plus de 50% des demandeurs d’emploi ! Cela montre bien que la certification professionnelle est une condition très importante pour accéder au marché de l’emploi.

–      La formation professionnelle certifiante des adultes peu ou pas qualifiés doit être une priorité pour améliorer l’employabilité des personnes.

–      Pour rappel, les cantons (via la CDIP) et la Confédération (par l’OFFT) ont fixé, comme objectif stratégique, d’amener 95% de la population (de chaque classe d’âge) à une certification professionnelle de base (AFP, CFC… ou plus élevée). Cet objectif, qui doit donc être atteint d’ici la fin de la législature, doit donc être une priorité du Programme de législature… au-delà des différentes sensibilités politiques !

–      De plus, vu la pénurie de personnel qualifié déjà constatée dans plusieurs domaines professionnels, tels que les métiers techniques et des soins, la formation et la qualification des adultes est un moyen de lutter contre cette pénurie et de donner un meilleur accès au marché du travail aux personnes les moins qualifiées.

–      De nouvelles voies de formation et de qualification, telles que la Validation des acquis de l’expérience ou d’autres mesures également prévues à l’art. 32 de l’Ordonnance fédérale sur la formation professionnelle (OFPr), doivent se développer et faciliter l’atteinte de ces objectifs.

Pour permettre aux adultes ou pas qualifiés d’accéder au marché de l’emploi, la Confédération, en collaboration avec les cantons et avec les associations professionnelles doit faciliter l’accès aux formations certifiantes et améliorer les conditions durant la formation en emploi. Concrètement, on peut imaginer,  par exemple, des aides financières  aux personnes en formation (en fonction du revenu) ou des incitations pour que les employeurs donnent du temps aux personnes pour se former en partie sur le temps de travail.

Pour les personnes sans emploi, les mesures d’aide doivent être prises en charge dans le cadre de l’assurance chômage.

Rappelons qu’il s’agit bien d’acquérir une première formation de base et une certification de niveau AFP ou CFC et que cette mesure va au-delà des dispositions qui devraient être prévues dans la future loi sur la formation continue qui doivent permettre l’acquisitions de compléments aux formations de base.

Au terme du débat, une large majorité du Conseil national a accepté ma proposition, par 110 voix contre 63 !

Reste à espérer que le Conseil des Etats prenne la même position lors de sa session de juin et que le Conseil fédéral mette en oeuvre cette mesure.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *